Rechercher
  • C Naturel Santé - Armelle FANGET

Soulager naturellement les douleurs menstruelles ou dysménorrhée

Douleurs menstruelles, syndrome prémenstruel et alimentation



Le syndrome prémenstruel est défini par les troubles physiques et émotionnels qui apparaissent avant les règles. En période de fluctuation hormonale, fin de l'adolescence et péri ménopause les symptômes sont plus douloureux.


Manifestations physiques

Il se manifeste chez certaines femmes par des phénomènes congestifs et œdémateux: gonflement, douleurs articulaires, musculaires, règles douloureuses ou irrégulières.


Manifestations neuro psychiques

De l'anxiété, un état dépressif, des envies fréquentes de sucre ou salé, des troubles du sommeil, des migraines, humeur, irritabilité, tristesse, difficultés de concentration.


Explications

Les douleurs sont d'origine spasmodiques, liées aux contractions de l'utérus dont le but est d’évacuer l'endomètre et le sang.

Le déclenchement de ces contractions est expliqué par une production intensive de prostaglandines secrétées par l'endomètre suite à l'effondrement des taux d œstrogènes et progestérone en fin de cycle.

Comme ces prostaglandines agissent ailleurs que sur l'utérus, d'autres malaises peuvent se décrire comme des nausées, vomissements, céphalées.

Les œstrogènes sont actifs en première moitie de cycle, la progestérone en seconde moitié.

La régulation hormonale dépend d'une bonne balance entre ces hormones.

Le système endocrinien est très sensible a des facteurs externes

- stress

- chocs psychologique

- manque d'exercice physique

- consommation d'alcool et tabac


Les hormones


Le rôle des hormones a une influence sur l'ensemble du système global de l'organisme. Un déséquilibre de la balance œstrogène progestérone peut engendrer un syndrome dépressif, le système nerveux et endocrinien sont fortement intriqués

La régulation de la sécrétion hormonale est dépendante de facteurs environnementaux comme l'activité physique, la qualité du sommeil, la sensibilité au stress, l'alimentation.

La prolactine est une hormone hypophysaire qui amplifie l'action des hormones ostrogéniques, ( retenez son nom, c'est important pour la suite)

Causes des règles douloureuses

Les causes d'une dominance en œstrogènes sont le stress et une déficience nutritionnelle

Les déséquilibres alimentaires en acides gras polyinsaturés de la série Omega 3 ou carences en vit B ou E ont des répercussions directes sur la balance hormonale œstrogène et progestérone

Des carences en magnésium zinc et vitamine B6.

Un foie surchargé car le foie catabolise les hormones usagées en fin de cycle.

Le stress chronique qui épuise les surrénales

Le stress engendre une production excessive de cortisol, qui favorise la production de prostaglandines ( par le biais de l'augmentation du taux de prolactine) pro inflammatoires à l'origine des douleurs

Les changements hormonaux induits par le stress chronique amène une hypersécrétion du cortisol, une diminution des neurotransmetteurs du bien être comme la sérotonine et la dopamine.

Des carences en vit b6 zinc mg et acides gras Omega 3 affectent l'équilibre de la balance hormonale en interférant avec le métabolisme de plusieurs neurotransmetteurs ( dopamine, noradrénaline, sérotonine ) qui agissent sur la perméabilité capillaire et les phénomènes inflammatoires.

Un mauvais fonctionnement hépatique est à l'origine du catabolisme insuffisant des hormones ostrogéniques qui prédispose au syndrome prémenstruel

Une insuffisance en fibres végétales alimentaires, car les fibres empêchent

l'hyperœstrogénie en bloquant le cycle entéro hépatique des œstrogènes .



Aliments à bannir car font augmenter le taux d'œstrogènes


- Réduire protéines animales : les viandes rouges qui ont un contenu élevé en acide arachidonique source de prostaglandines pro inflammatoire

- Sucres raffinés et les aliments à IG (index glycémique ) élevés qui entrainent une surproduction d'insuline et donc de prostaglandines pro inflammatoires et qui épuisent les capacités de détoxification hépatique

- graisses saturés et acides gras trans ( graisses hydrogénées margarines) aliments transformés ( charcuterie) qui favorisent l'inflammation chronique.


Donc, tout ces aliments contribuent à la création de prostaglandines pro-inflammatoires.


- les aliments contenant de la caféine car la caféine est un stimulant nerveux ,et stresse le corps, comme nous l'avons évoqué précédemment le stress intensifie les douleurs des règles. Il est donc préférable d'éviter de consommer du café, de thé, de chocolat, soda noire ( en plus bourré de sucres) ou autre boisson énergisante.

- l’alcool, car l'alcool augmente la production d'œstrogènes, de plus l'alcool fait baisser le taux de magnésium, ce qui induira des fringales car le corps voudra compenser cette carence.

Aliments à adopter pour atténuer les règles douloureuses


- des aliments riches en isoflavones ou lignanes : crucifères effet favorable pour réguler la balance œstrogène progestérone

- alimentation type méditerranéen anti inflammatoire.

- privilégie fruits et légumes riches en vit et oligo- éléments et fibres alimentaires ( pour rappel les fibres végétales s'opposent à l hyperœstrogénie)

- vit B et surtout la B6 indispensables au bon fonctionnement hépatique ( voir plus haut pourquoi le rôle du foie est important dans les douleurs menstruelles) + magnésium ( rôle sur le stress) + calcium ( voir plus bas les aliments riches en calcium)

- vit E qui agit sur la synthèse de la progestérone

- zinc qui agit sur la production d'acide gamma linoléique et donc sur la régulation des prostaglandines ( pro inflammatoire pour rappel)

- acides gras polyinsaturés Omega 6 contenus dans l'huile onagre ou bourrache ( en plus excellentes pour la peau et les rides),

Les Oméga 6 peuvent réguler l'action de œstrogènes et de la prolactine

- Omega 3, huile végétale ou graines de : lin, chanvre, huiles poissons mers froides, poissons gras : hareng, maquereau, sardine, saumon sauvage ( éviter les poissons d'élevage de Norvège)

Les Oméga 3 contiennent des prostaglandines mais celles-ci sont précisément anti-inflammatoires, contrairement à celles que l’on peut trouver dans le sucre ou les acides gras saturés.

- les aliments riches en calcium: légumes verts : brocolis, épinards, chou vert, cresson, amandes, noix, pistaches, algues, figues, prunes, haricots rouges, pois chiches, lentilles, aneth, persil, graines de chia ou sésame.

- les aliments riches en magnésium: fruits de mer, noix du Brésil, amandes , céréales complètes, légumes verts et les légumineuses


Les solutions



- améliorer le stress chronique par des activités de détente et de respiration

- accepter d'avoir ses règles : des études ont montré que l'acceptation du processus de modification corporelle en cours pendant le cycle fait régresser les troubles du syndrome prémenstruel

- bouger pour éviter la congestion pelvienne

- veiller à l'équilibre de la balance hormonale qui est dépendent de la qualité de l'alimentation

- l'apport de prébiotiques aide à l'équilibre du microbiote intestinal et favorise l'assimilation des phyto œstrogènes d'origine alimentaire

Vous avez votre santé en main ou plutôt dans l'assiette !

Evidemment, les plantes sous forme de teinture, infusion, et l'aromathérapie sont d'un grand soutien, dans la dysménorrhée, je vous en parlerai sur un prochain post.

C Naturel Santé

Rond point du Pont 42130 Boën sur Lignon

06 83 44 29 62

                                                                                    Mentions légales

Séance remboursée par certaine mutuelle